"BRAL favorable au projet pour les boulevards du centre, moyennant un dialogue"

Persbericht

BRAL émet un avis favorable concernant les interventions prévues au niveau des boulevards du centre, mais demande qu’un dialogue ouvert et permanent s’ouvre de toute urgence entre la Ville et les habitants. « L’autoroute urbaine que nous connaissions depuis tant d’années disparaît, tandis que l’espace public disponible au sein de ce périmètre gagne en qualité et devient plus vert. Il était grand temps. Nous demandons par contre qu’il y ait davantage de dialogue et que les riverains soient impliqués dans le processus en cours, mais aussi que les effets de ce réaménagement en dehors du périmètre concerné soient mesurés. Pour un dossier d’une telle ampleur, il aurait fallu réaliser une étude d’incidences à l’échelle du Pentagone il y a longtemps déjà. Un comité d’accompagnement, composé notamment de riverains, pourrait faire partie de la solution », explique Joost Vandenbroele de BRAL.

La demande comporte une série d’éléments positifs. Un grand nombre correspondent d’ailleurs aux recommandations retenues par le jury de l’appel à idées que BRAL a lancé au bureau d’études et à la Ville de Bruxelles en vue d’un parc Anspach (Parc Anspach Park – BRAL, 2012). Le plan prévoit notamment les éléments suivants :

  • Des boulevards « lisibles », avec des zones de flânage, des zones de séjour et des zones de passage
  • Une multiplication des espaces verts, notamment grâce à la création de « pocket parks »
  • Une prise en compte des cyclistes et des personnes à mobilité réduite
  • Davantage de bancs et du mobilier urbain de qualité
  • Une accessibilité garantie pour tous, conformément au concept d’espace partagé
  • Création d’un bassin dans la rue Orts, et de pièces d’eau sur la place De Brouckère
  • Un agrandissement du parc jusque sur la place Fontainas
  • Une meilleure lisibilité des accès vers le métro
  • La création de deux grands parkings souterrains pour vélos

 

Les demandes de permis n’apportent malheureusement aucune réponse à quelques autres questions clés :

  • Comment seront aménagées les « zones de séjour » ? À quoi ressembleront les pocket parks ? Où se situeront les terrasses ? Il faut impérativement éviter qu’à long terme, la zone de séjour se remplisse de terrasses privées. Nous demandons une stratégie pour définir le périmètre de ces terrasses, ainsi qu’un pouvoir de codécision pour toutes les parties prenantes, y compris les riverains.
  • Quelle place est réservée aux initiatives citoyennes ? L’une des propositions retenues dans le cadre du trajet de participation consiste à prévoir un espace que les riverains peuvent s’approprier. Or, il est actuellement impossible de savoir où se situeront ces espaces.
  • De la place est-elle prévue pour le jeu sur les boulevards du centre ? Les intervenants du trajet de participation ont explicitement demandé du mobilier urbain multifonctionnel : les bancs ou les abris pour vélos peuvent également faire office de jeux. Les plans pourraient faire preuve d’une plus grande créativité en la matière.
  • Les interventions temporaires d’aujourd’hui peuvent-elles être intégrées dans le projet définitif ? Un grand nombre de Bruxellois ont déjà adopté les tables de ping-pong et les bancs. Il serait judicieux de vérifier ce qui fonctionne ou non.

 

Pour le reste, BRAL déplore également que les deux dossiers actuellement soumis à enquête publique ne couvrent que le périmètre restreint du piétonnier. « Le dossier pour le réaménagement des boulevards du centre ne peut pas être envisagé indépendamment de la mobilité autour de cette zone, dans le Pentagone et en dehors. Malheureusement, la Ville de Bruxelles n’a toujours pas défini de plan global de mobilité, ni même de plan global concernant uniquement le Pentagone. Le "plan de circulation" n’est pas à proprement parler un "Plan Communal de mobilité", car il n’a été précédé d’aucun trajet de participation, d’aucune étude d’incidences. Ce "saucissonnage" fait qu’il est impossible aujourd’hui d’évaluer l’impact du projet sur la mobilité. Il y a des règles, nous demandons à la ville de les suivre », précise BRAL.

BRAL propose de constituer, durant cette phase de test, un comité d’accompagnement chargé de suivre de près les développements en cours. Les riverains et les associations doivent être représentés au sein de ce comité et l’évaluation doit s’effectuer sur la base de critères transparents. Nous avons envoyé cette proposition déjà en juin 2015 par lettre au bourgmestre Yvan Mayeur, aux échevines compétentes Els Ampe et Ans Persoons ainsi qu’au ministre de la Mobilité Pascal Smet dès le mois de juin 2015, mais à ce jour, nous n’avons pas encore reçu de réponse.                                                                                                          

CONTACT BRAL :

Joost Vandenbroele : +32 473 85 35 37 – joost@bral.brussels

  • BRAL va introduire une réclamation dans le cadre de l’enquête publique. BRAL expliquera également ses remarques et suggestions à la commission de concertation du 14 octobre. Une partie d’entre elles figure d’ores et déjà dans le présent communiqué de presse. La note complète se trouve en annexe.
  • BRAL est l’une des cosignataires de la Platform Pentagone, qui regroupe des riverains (et leurs comités), des commerçants et des intervenants isolés autour de ce dossier. Celle-ci a fait circuler une pétition demandant à la Ville de Bruxelles de revoir entre autres son approche (www.platformpentagone.be).
  • La demande – introduite par Beliris – se divise en deux volets : « Réaménagement des boulevards du centre à Bruxelles – Boulevard Anspach – Place De Brouckère – Boulevard Émile Jacqmain – Rue Saint-Michel – Boulevard Adolphe Max – Rue Grétry – Halles Saint-Géry – Rue du Marché aux Poulets – Rue Paul Devaux – Rue Jules Van Praet – Rue des Pierres – Plattesteen – Rue des Teinturiers – Place Fontainas » et « Réaménagement de la Place de la Bourse – Rue Henri Maus – Rue de la Bourse – Rue de Tabora» (zone UNESCO). Chaque demande s’accompagne d’un rapport d’incidences, mais à des fins de visibilité et compte tenu des nombreux chevauchements entre les deux demandes, nous les considérons comme un seul et même dossier dans notre réclamation.
  • À l’heure actuelle, le plan de circulation pour le Pentagone est encore en phase de test, phase qui se prolongera au moins jusqu’en mars 2016. Parallèlement, des procédures d’adjudication sont toujours en cours pour 4 nouveaux parkings souterrains (ainsi que pour l’extension d’un 5e). Or, rien ne prouve que ceux-ci soient réellement nécessaires.